Crédit: François Arnaud

62 questions à Anne-Élisabeth Bossé

Anne-Élisabeth Bossé, comédienne

Ton mot préféré en français? J'adore la sonorité du mot cheval.

Photographier ou être photographiée? Photographier

L’argument qui tue pour vendre un condo? C'est très "toi".

Guillaume Corbeil ou Maison Corbeil? Guillaume Corbeil

Classique ou avant-garde? Avant-garde 

Design baroque ou épuré? Épuré

Le Corbusier ou Gaudí? Le Corbusier

Ville ou campagne? Ville

Ton quartier préféré à Montréal? Petite Italie.

L’élite ou le peuple? Le peuple.

Grammy ou Oscar? Oscar.

Vice ou vertu? Vice.

New York ou Paris? New York.

Le compte à suivre sur Twitter? Je ne vais pas sur Twitter.

Le rôle de tes rêves? La cloche de verre de Sylvia Plath

Ce qu’on voit trop sur nos scènes? De la complaisance.

Ce que tu as refusé de faire sur scène ou à l’écran? De la nudité complète.

Ton livre de chevet? Un livre de psycho-pop sur le courage.

Folle jeunesse ou douce maturité? Folle jeunesse.

Bois ou béton? Bois.

Lion ou koala? Koala.

Scène ou écran? Les deux.

Ce que tu aimes le plus au théâtre? Le sentiment d'être complètement dans le moment présent.

Ton réseau social? Des gens drôles et aimants.

Grand bal ou pyjama party? Grand bal.

Côte de bœuf ou tofu mariné? Côte de bœuf.

Doute ou certitude? Doute.

La capitale mondiale où tu habiterais? Berlin.

Rénover ou acheter neuf? Acheter neuf.

La musique dans ta tête? Malheureusement, c'est presque toujours de la musique triste. Je ne sais pas pourquoi.

Un souvenir d’enfance? Les voyages en Floride avec ma famille. 

La toune qui te fait pleurer? Tristesse de Tino Rossi.

Ton prochain projet? Une série sur le rapport mère-fille que je développe avec d'autres gens.

Ce qui t’agace au quotidien? Me sentir éternellement à 5 livres du bonheur. Et ce, peu importe mon poids.

Trois adjectifs pour Montréal? Ouverte, agitée et calme à la fois.

Trois adjectifs pour le Québec? Paradoxal, trouble, beau.

Ce qu’il y a de plus québécois en toi? Mon sens de la famille.

Ce qu’il y a de moins québécois en toi? Mon sens de l'humour.

Trois convives pour un souper idéal? Simone de Beauvoir, Amy Schumer, Françoise Sagan.

Ton plat signature? Je n'en ai pas. Je mange de tout, mais cuisine très mal.

Un secret? Je suis incapable de dire le mot winnebago.

Ashram en Inde ou party à Brooklyn? Party à Brooklyn.

Ta pièce préférée des 5 dernières années? Tribus à la Licorne.

La performance théâtrale qui t’a marquée dans les cinq dernières années? Fabien Cloutier dans Scottstown et Cranbourne.

Le metteur en scène avec qui tu rêves de travailler? Robert Lepage.

La dernière personne que tu as textée? La personne que j'aime le plus.

La phrase la plus difficile à prononcer? Non.

Le rôle que tu refuserais? Celui qui ferait partie d'un projet qui ne respecte pas l'intelligence des gens.

Un regret? Mille.

Le pire cadeau reçu? Un distributeur de savon automatique.

Ta réaction au pire cadeau reçu? Essayer sans relâche de le refiler à mon frère en lui disant qu'il ne peut pas vivre sans ça.

Soccer ou hockey? Hockey.

Si tu pouvais vivre dans la peau de quelqu’un d’autre pendant une journée, ce serait qui? Barack Obama.

Ta pire phobie? Les araignées.

Ta citation préférée? Il y a toujours quelque chose d'absent qui me tourmente. -Camille Claudel

Es-tu superstitieuse? Non. Excepté pour Saint-Antoine et toucher du bois.

Quelle est ta routine avant de monter sur scène? Je bois un thé vert tous les soirs.

Un prof qui t’a beaucoup marquée? Patricia Nolin. Je ne serais pas qui je suis si je ne l'avais pas rencontrée.

Quel conseil donnerais-tu à la personne que tu étais à 16 ans? Sois toi-même. Tout est là.

Qu’est-ce que tu as fait hier soir? Je jouais à l'impro.

Qu’est-ce que tu aurais aimé faire hier soir? Je ne changerais rien à ma soirée.

As-tu aimé répondre à ce questionnaire? J'ai tout aimé. Sauf la question Côte de bœuf ou tofu mariné ?  parce que j'aime vraiment les deux.